La marche à 4 pattes des bébés : une invention unique

16/02/2021


Sophie Dumoutet

marche à 4 pattes

Les bébés sont des inventeurs

Il est courant de comparer la marche à 4 pattes des bébés à celle des animaux. D’un point de vue sémantique comme mécanique, l’illusion fonctionne bien, pourtant celle marche est totalement inédite et unique. Aucun animal, aucun, ne marche à 4 pattes comme le fait un bébé, c’est à dire sur les mains et sur les GENOUX. Qui verrait un animal se trainer sur ce qui fait office de « genoux » penserait à un animal malade et handicapé ou faisant un tour de cirque étonnant.

marche à 4 pattes

La marche à 4 pattes n’en est pas une

Car la différence est de taille. Un bébé qui marcherai réellement à 4 pattes, ferait comme un petit ours, sur ses 2 pieds et ses 2 mains, les fesses en l’air, comme il lui arrive de faire lorsque le terrain est escarpé en lors que le sol est trop irrégulier et agressif pour ses genoux.

Celle position d’ailleurs n’est pas très confortable, car la tête de bébé n’est alors plus dans l’axe de son corps et il est obligé de la relever s’il souhaite voir correctement face à lui. La longueur de ses jambes, beaucoup plus

importante que celle de ses bras, l’oblige à pointer ses fesses en l’air, dans la fameuse posture du chien tête en bas.

Chez les autres mammifères cette posture à 4 pattes est facilitée par une taille proportionnée des pattes avant et arrière (singes) et par une hyperflexion des membres inférieurs (lapins) les faisant ressembler

ainsi à deux ressorts leur permettant de se propulser vers l’avant et se déplacer à grande vitesse (guépards) Et si l’être humain parvient à celle hyperflexion dans la position accroupie, il ne pourra jamais l’utiliser tel un

chat pour bondir ou tel une gazelle pour courir. Cette posture sera essentiellement statique. Elle est d’ailleurs hautement bénéfique à une santé globale du corps (articulaire / digestif)



Mais revenons à nos moutons, pardon, à nos bébés : Comment l’être humain a-t-il pu inventer un tel moyen de locomotion GENOUX- mains ?Tout d’abord, il s’agit d’un mode de locomotion temporaire, il ne dure que le temps pour bébé de passer du sol à la position debout qui est le mode de locomotion principal de l’humain, le temps donc, de se stabiliser et trouver son équilibre. Il y retourne dès qu’il a besoin de sécurité mais il l’abandonnera dès que sa marche verticale sera bien stable.

Là encore donc, l’être humain s’avère unique car la marche verticale est son mode de locomotion principal et si certains animaux marchent parfois debout, c’est presque toujours dans des circonstances exceptionnelles. Quand bien même certains parviennent à marcher à la verticale, ils n’opposent jamais bras et jambes comme le fait l’être humain qui utilise le balancier de ses bras sur le côté du corps pour équilibrer le mouvement de ses jambes.

l’homme, un mammifère aquatique sur la terre

Alors d’où vient donc cette marche mains-genoux.

En réalité, elle n’est pas si étrange que cela, car lorsqu’on regarde un bébé de profil en train de marcher à 4 pattes, il ressemble comme 2 gouttes d’eau à un bébé en train de nager et faire le petit chien.

Si vous plongez un bébé de quelques mois, dans l’eau, il va replier puis propulser ses 2 jambes ensemble ou l’une après l’autre comme un cycliste, avec une aisance bien supérieure au sol et c’est bien normal, dans l’eau, sa motricité est libérée car sans contraintes mécaniques majeure. Il est donc logique que lorsqu’un bébé parvient à se mettre à 4 pattes et se détacher du sol, son premier réflexe soit de tenter de se propulser comme s’il était dans l’eau, comme s’il voulait bondir vers l’avant, risquant de se retrouver le nez sur le tapis au passage ! Puis un jour il comprend que l’opposition bras et jambes (façon nage du petit chien) lui permettent d’avancer en équilibre. Et c’est exactement ce qui se passe dans l’eau, un bébé nageur plus expérimenté va se mettre à nager, tête sous l’eau, dos parallèle à la surface de l’eau, bras et jambes pédalant à qui mieux mieux, exactement comme la marche à 4 pattes terrestre.

Une autre étude passionnante de la chercheuse Marianne Barbu Roth décrit d’ailleurs très bien qu’un nouveau né suspendu presque à la verticale, au dessus d’un tapis à damier qui recule (il a donc l’impression qu’il avance) se met à « avancer » et pédaler, bras et jambes opposées dans le vide, comme la nage du petit chien et comme la marche à 4 pattes. Cette connexion œil-locomotion est donc déjà présente chez le nouveau né et mieux encore, elle perdure dans le temps, contrairement au réflexe de marche qu’on observe chez le nouveau-né lorsqu’on le met en appui sur ses 2pieds. Cette capacité de « nage du petit chien » existe donc dès le départ et sera renforcée par les expériences sensorielles du bébé. Ma conclusion et mon hypothèse, étrange certes, mais plausible, est que la marche à 4 pattes, genoux mains, n’est rien d’autre qu’une nage adaptée à l’élément terre ! Comme le disait Yvette Deloison, anthropologue de renom, chercheuse au CNRS, et auteure du livre passionnant « la préhistoire du piéton » l’homme serait un mammifère semi aquatique qui aurait vécu entre l’eau et la terre et s’est adapté tant bien que mal aux contraintes terrestres, alors que son corps montre à quel point il est adapté à un milieu aquatique : un corps imberbe, une peau qui recouvre une couche de graisse (comme les dauphins), une position unique, soit verticale (debout dans l’eau c’est très simple avec la tête vers le haut, en statique ou en dynamique si les pieds touchent le sol)) ou horizontale ou penchée vers l’avant pour se déplacer avec extension en opposition des bras et des jambes. N’oublions pas sa nourriture qui doit comporter des omega3 (poissons gras), de l’iode (éléments qu’on retrouve donc dans la mer) afin d’assurer son bon développement cérébral et moteur.

Un bébé volant ou nageant!

Alors que faire de cette connaissance, de cette idée, comment l’ai-je appliquée et renforcée dans mon approche au quotidien et dans mes ateliers ? Et bien j’ai pu constater à quel point un nouveau né et un bébé a besoin de changer de point de vue, dès tout petit ! ne plus être systématiquement couché vers l’arrière mais être au contraire vers l’avant, comme un nageur dans l’eau. J’ai pu valider que cela apaise ses tensions corporelles, combien cela l’aide à développer son système visuel, vestibulaire, proprioceptif et surtout combien cela le rend actif… et libre d’agir à sa guise

Pour en savoir plus, mes ateliers sur mon site :https://sophiedumoutet.com/Yoganatal

Pour participer à des séances en toute sécurité et participer à des ateliers sur mesure, voici 2 propositions

Bonne journée les yogis!

Blog et Café Littéraire

L’actualité nous oblige à repenser nos modes de fonctionnement,

Je continue à faire des cours via zoom et partager mes connaissances, mes lectures, livres et articles du moment, mes découvertes, les films que j’ai vu et ceux que je recommande, car je suis une lectrice et observatrice invétérée et passionnée.!

vive les blogs et vive la vie!